AQUARELLE

Aquarelle débutant : bien utiliser l’eau (guide complet + exercice)

Cette vidéo parle d’une des seules choses que l’on ne peut pas maîtriser : le temps.

Rassurez-vous nous n’allons pas parler de science-fiction mais bien de peinture.

Et principalement d’une technique ultra populaire chez les amateurs qui débutent : l’aquarelle.

C’est vrai que l’aquarelle est très populaire chez les débutants car elle nécessite peu de matériel, elle est facile à transporter et aussi et surtout est très rapide à travailler.

L'aquarelle : une technique populaire pour débuter la peinture

Mais le paradoxe, c’est que c’est justement cette rapidité d’exécution qui nous pose le plus de problèmes.

Alors que d’autres techniques comme l’huile ou l’acrylique peuvent être travaillées et retravaillées dans un temps bien plus long.

À l’aquarelle on doit agir sans trop de poser de questions car on dispose d’un temps limité pour poser les couleurs.

Est-ce que c’est suffisamment sec, suffisamment humide ?

Si j’attends trop, vais-je avoir des traces ?

Oui.

Mais voilà un scoop,

en fait, avoir des traces, ça n’est pas si grave.

Comment bien utiliser l’eau et bien peindre à l’aquarelle : méthode guidée et exercices

L’aquarelle débutant : 2 méthodes très différentes pour apprendre

Énormément de vidéos vous expliquent la technique parfaite pour faire de beaux aplats, des dégradés parfaits, et lavis sans traces.

C’est effectivement des techniques clefs qu’il faut savoir maîtriser.

Surtout si vous voulez faire de l’art appliqué, comme la mise en couleur ou des éléments types motifs décoratifs, comme par exemple un motif de tatouage ou des fleurs.

Petite précision avant de poursuivre, je comprends tout à fait cette démarche et je n’ai absolument rien contre…

Et c’est d’ailleurs une utilisation de l’aquarelle très courante.

Mais derrière tout ça se cache un gros amalgame.

Il y a bien 2 usages différents de l’aquarelle.

1- La mise en couleur dont nous venons de parler…

2- La peinture

Pour faire simple, la différence entre les deux bah c’est le dessin.

Mise en couleur à l'aquarelle
© Titwane 2020

Selon Wikipédia, quand il s’agit de mise en couleur :

Le terme aquarelle signifie ici « peinture à l’eau transparente », sans nécessairement la composition de l’aquarelle des artistes peintres.

Il est noté aussi que :

L’«aquarelle » a servi et sert encore beaucoup pour les notations colorées dans le dessin notamment de mode, de botanique, de zoologie, d’architecture1

Au XXe siècle, les coloristes de la bande dessinée ont utilisé des méthodes similaires

En gros dans ce cas l’utilité est bien de coloriser un dessin le plus justement et le plus précisément possible.

Alors que quand on parle de peinture,

On considère aujourd’hui généralement que « le terme définit en fait une technique, le lavis, plus qu’un matériau12 ».

Le travail à l’aquarelle se fait sur papier vierge, avec tout au plus une mise en place légèrement tracée au crayon.

Si je fais cette distinction ça n’est absolument pas pour dire qu’une voix vaut mieux que l’autre.

Mais c’est juste que très peu de gens la font et connaissent la différence.

Et qu’avant d’aborder cette discipline il est très important de vous poser la question de ce que vous voulez faire vraiment.

Si parfois la frontière entre les deux mondes est mince, il y a bien deux façons de travailler et d’apprendre l’aquarelle.

Et ne pas en tenir compte peut vous égarer et vous faire perdre énormément de temps.

Cas n°1 : Si vous voulez utilisez l’aquarelle comme outil pour mettre en couleur vos dessins, vous allez devoir être le plus propre et le plus appliqué possible.

Vous ne devez laisser aucune place à l’improvisation. C’est en quelque sorte une vision micro de la discipline : on travaille et on progresse zone par zone.

Cas n°2 : Si vous voulez peindre un ensemble correctement comme par exemple un paysage, vous allez vous sentir rapidement limité par ce type de fonctionnement.

Car dans ce cas le monde est beaucoup plus vaste et vous utilisez beaucoup moins le dessin comme support visuel.

Paysage d'Herman Pekel peint à l'aquarelle
© Herman Peckel

Cela nécessite donc d’avoir une vision plus globale de ce que vous faites pour mieux comprendre le processus de l’aquarelle.

Pourtant vous allez me dire, que le lavis est utilisé dans tous les cas et est de fait incontournable.

C’est vrai mais la conception d’une aquarelle fonctionne comme un ensemble et un système comprenant plusieurs étapes.

Le tout régi par une seule : le cycle de l’eau.

Et c’est ce point précis qui nous bloque.

Pour arriver à maîtriser l’eau, comprendre ce cycle et réussir à enchainer les étapes,

vous focaliser uniquement sur le fait de faire un aplat ou un dégradé parfait n’est à mon sens pas très adapté.

C’est bien mais vous n’aurez en gros répété qu’un geste et vous allez vous sentir très vite limité.

J’exagère un peu mais apprendre à couper parfaitement les oignons, ne garantit pas au final que votre plat sera réussi.

Car il y a deux phases :

Il y a répéter une technique, et il y a passer d’une technique à l’autre sans fausse note.

Je vois trop de gens qui restent focalisés sur l’application.

Ils s’obstinent à vouloir maîtriser le dégradé jusqu’à ce qu’il soit parfait en pensant que c’est l’unique chemin vers la progression.

C’est bien beau mais après avec mon super dégradé je fais quoi ?

Un débutant ne sait pas comment les enchainer les techniques et souvent il n’a pas le bon timing pour le faire.

Car c’est avant tout une logique à saisir.

Et c’est précisément ce que l’on va découvrir ensemble.

Comment intégrer les étapes de création d’une aquarelle pour savoir quoi faire et comment agir au bon moment ?

Et sans faire de chef d’œuvre, comprendre comment enchainer les techniques, que ça devienne naturel pour vous.

Pour au final maîtriser peu à peu le cycle de l’eau.

Pour finir je vous donnerai un exercice qui vous fera progresser de façon exponentielle si vous débutez.

Bien utiliser l’eau quand on débute l’aquarelle ?

Vous l’aurez compris, à mon sens pour explorer l’aquarelle est ses possibilités rien ne vaut la peinture.

Mais finalement vous n’êtes à ce stade pas plus avancé si vous ne comprenez pas quel rôle joue l’eau et comment bien s’en servir.

L'eau : outil indispensable pour débuter l'aquarelle

Au contact de l’eau le pigment c’est à dire la couleur que vous utilisez va agir de différentes manières.

Voici 2 phénomènes importants à ne pas confondre :

1- La dilution.

C’est le rapport entre la quantité d’eau et la quantité de peinture.

En résumé plus vous mettez d’eau, plus le pigment va être dilué, moins la couleur sera vive et inversement.

Jusque-là pas de problème.

2- La diffusion

C’est la propagation du pigment au contact de l’eau et du papier.

Plus la quantité d’eau est importante, plus la couleur va se diffuser de façon rapide.

Cet élément est bien entendu indispensable pour peindre car s’il n’y a pas d’eau, il n’y a pas de diffusion.

Dans la pratique, les deux phénomènes sont proches mais n’ont clairement pas la même utilité.

Voyons ça de plus près.

Exemple 1 (peu de dilution, et peu de diffusion) :

Avec très peu d’eau, et beaucoup de peinture : vous obtenez des couleurs vives mais la diffusion est quasi nulle.

Impossible de remplir des surfaces uniformes, de faire des dégradés, de jouer avec l’opacité, bref assez difficile de peindre dans ces conditions.

Exemple 2 (beaucoup de dilution, et beaucoup de diffusion) :

Avec beaucoup d’eau et peu de peinture : vous pouvez travailler des surfaces plus grandes mais avec une très faible opacité.

Dans ce cas il est important de bien étaler le tout sinon attention aux flaques et aux auréoles.

Travailler en précision sur des petites surfaces va être beaucoup beaucoup plus compliqué.

En gros mieux vous jouerez avec ces deux paramètres, mieux vous allez peindre.

Je vous ai volontairement donné deux exemples extrêmes pour que ça soit plus évident mais en voici un 3 ème plus nuancé et bien plus utile.

Exemple 3 : On augmente le taux de pigment (beaucoup de peinture) et on y ajoute beaucoup d’eau (beaucoup de dilution)

Vous allez obtenir dans ce cas une peinture à la fois opaque et diluée, c’est-à-dire une grande quantité de liquide très coloré.

Une bonne base de travail car cela va vous permettre de remplir des zones uniformes de petite ou de plus grande taille assez facilement en fonction de votre réserve.

Mais aussi à partir de là, jouer avec l’opacité en diluant ce mélange sans ajouter de couleur. C’est par exemple faire des dégradés homogènes.

Dans ce cas, il faudra faire particulièrement attention à une chose : la quantité de liquide sur votre pinceau pour ne pas faire de flaque.

Pour ça, la panoplie complète de l’aquarelliste, le chiffon ou papier absorbant…

Pour ne pas vous perdre, je m’arrête là mais nous verrons d’autres exemples pour s’amuser plus tard dans cette vidéo…

Donc en aquarelle toutes les décisions que vous allez prendre partent de là,

l’eau et ce que vous en faites…

C’est l’élément majeur qui peut transformer votre travail du tout au tout.

Mais ça n’est pas le seul…

Les outils indispensables lorsqu’on commence l’aquarelle

Voici un autre phénomène directement lié à celui qu’on vient de voir et lui aussi essentiel : les couches.

Comme dans les autres disciplines, en aquarelle la couche est clairement l’outil qui vous permet de peindre.

La subtilité c’est qu’elle peut prendre plusieurs formes.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’en aquarelle on va toujours du plus clair au plus foncé.

Impossible de masquer une couleur sombre avec une couleur lumineuse.

Mais ça vous le savez surement déjà.

Cas n°1 vous partez d’une surface sèche.

Par exemple vous avez fait un aplat bleu pour représenter un plan d’eau.

Et vous souhaitez transformer ce coloris pour le rendre plus chaleureux.

Dans ce cas vous pouvez passer un jaune par-dessus ce qui aura pour effet de transformer cette couleur.

Comme le bleu est déjà sec, les 2 couleurs ne se mélangerons pas. Le jaune agira un peu comme un film que vous passez par-dessus le bleu, et créera une autre couleur.

C’est une technique courante en peinture qui s’appelle le glacis.

Attention de ne pas utiliser une peinture trop opaque c’est à dire chargée en pigment car vous repasserez la couche précédente, et vous annulerez la transparence.

Attention aussi à ne pas mettre trop d’eau car si l’eau stagne, vous risquez des auréoles sur le bleu…

Cas n°2 Vous partez d’une surface humide….

Et là, que les possibilités sont nombreuses.

Et c’est là que nous allons utiliser l’outil que l’on a vu avant.

La fameuse diffusion.

Si le bleu que vous avez passé sur le plan d’eau n’est pas sec.

Et bien vous allez pouvoir fondre les couleurs et créer des effets subtils.

Car dans ce cas l’eau va agir comme un liant,

va se diffuser et entremêler les teintes naturellement.

Comme son nom l’indique, cette technique c’est le fondu…

Et il est utile dans pas mal de cas.

Notamment pour créer des effets vaporeux, d’ombres ou de lumières.

Mais là encore petite mise en garde : si vous voulez que ça marche n’attendez pas trop le séchage de la première teinte.

Car si la première teinte n’est pas assez humide et bien ça ne marchera pas tout simplement.

Rappelez-vous le fameux principe :

Pas d’eau = pas de diffusion.

Autre point : pour peu que votre pinceau soit chargé en eau vous obtiendrez encore une jolie auréole ou une trace.

Il y a d’autres subtilités mais c’est déjà un gros morceau.

Et si vous maîtrisez ces principes, vous pourrez faire quasiment ce que vous voulez à l’aquarelle.

Ce qui est complexe au départ et c’est peut-être votre cas, si vous êtes novice, c’est que de temps en temps, il faut savoir attendre, et d’autres fois agir vite ;

Alors à ce stade si vous n’avez pas encore tout compris c’est normal mais vous comprenez peut-être un peu mieux pourquoi je vous disais que l’enchainement est essentiel.

Et le comprendre c’est une chose, que ça devienne un automatisme c’en est une autre.

Pour ça, pas de secret, rien ne vaut la pratique, mais pas n’importe laquelle.

Pour mieux comprendre comment tout ça fonctionne, je vous propose un exercice bien plus complet pour travailler et enchainer toutes les techniques.

Un exercice (presque) idéal pour débuter l’aquarelle simplement

Je vous l’ai déjà dit dans d’autres vidéos mais à l’aquarelle un sujet se détache et est clairement plus formateur que les autres : le paysage.

Mais il existe différentes manières de l’aborder.

La voie la plus simple et la plus empruntée par les débutants est de commencer sur une surface sèche.

C’est un premier pas utile mais pas suffisamment complet.

Si vous voulez passer un cap et peindre vraiment, vous aurez besoin de travailler dans l’humide en utilisant ce fameux principe de diffusion.

Le souci c’est que prendre un modèle et se lancer dans une copie quand on est pas sûr de soi, ça paraît impossible.

On se dit qu’on va forcément se planter à un moment.

Alors comment faire ?

Bah il va falloir trouver un type d’exercice hybride…

Un univers proche mais parallèle

Comme on vient de le voir, un paysage détaillé est trop complexe pour démarrer.

Ce que nous voulons, c’est quelque chose d’à la fois simple dans la forme, que vous puissiez faire.

Mais aussi suffisamment complet pour nous permettre de travailler l’ensemble des techniques que nous avons vues jusqu’ici.

Le bon compromis serait donc un paysage sans trop de détails.

Bon début mais si l’on pousse cette idée pour la simplifier encore, on obtiendrait un paysage à la limite de l’abstraction.

Quelque chose qui vous permettrait de bosser un large éventail de techniques en rendant des effets nets, flous, de travailler la lumière.

Je sais que dès qu’on prononce le mot abstrait, énormément de gens pensent que c’est n’importe quoi et que ça ne mène nulle part.

Je n’essaierai pas ici de vous prouver le contraire mais énormément d’artistes eux nous l’ont prouvé en réalisant des œuvres très poussées d’un point de vue technique, et en utilisant exactement les mêmes procédés que dans la figuration.

Et vous le voyez ici, en aquarelle la frontière est souvent très mince et esthétiquement cela peut donner de grandes choses.

Et si vous avez besoin d’y ajouter du sens, ça porte un nom : la figuration abstraite.

Vous allez me dire ok mais à part ça quels sont les avantages pour moi peintre du dimanche ?

Les gros avantages

Quand on commence, on a des modèles précis en tête et on voudrait s’en approcher, ne serait-ce qu’un petit peu.

Le truc c’est qu’on se lance dans des choses trop précises à reproduire par rapport à notre niveau technique.

L’idée est simple : lâcher du leste.

En gros travailler le paysage semi-abstrait (ou la figuration abstraite) c’est vous enlever un paquet de contraintes techniques et psychologiques:

1- La précision et le détail, avec toute la charge mentale et le stress que cela implique

2- La recherche de la copie juste (totalement inutile pour progresser à l’aquarelle) et terriblement stressante elle aussi.

3- Et le fameux graal derrière lequel nous courrons à tout prix. La propreté et la technique parfaite tant recherchées par les artistes appliqués.

Comme on l’a dit ce point viendra juste avec la pratique et le développement des bons réflexes, et cet exercice est entre autres un moyen direct d’y arriver…

Donc vous voyez concrètement, il y a pas mal d’avantages à ce type de boulot.

Pour une mise en pratique efficace

Maintenant voyons de plus près comment bien aborder l’exercice.

Première chose qui a son importance le format.

Le format

Le travail en petit c’est à dire moins grand que le A4, vous demande en général plus de précision technique et les erreurs se voient de fait bien plus.

Énormément de tutos vous proposent de réaliser de petits échantillons.

Mon conseil : n’en abusez pas.

En plus, avec moins d’amplitude vous limitez vos gestes, et vous risquez de vous sentir déstabilisé voire perdu quand vous souhaiterez passer à plus ambitieux.

À l’inverse, trop grand est toujours plus complexe quand vous débutez car vous avez plus de surface à peindre, plus de couleurs à préparer et plus de chances de repasser et de vous planter.

L’idéal est le format A4, ou A3 ça n’est pas pour rien d’ailleurs qu’ils soient si utilisés et populaires.

Le mélange des couleurs

J’oubliais une difficulté que vous pouvez mettre de côté au début : les mélanges de couleur.

Toutes les techniques de lavis se travaillent de la même manière en couleurs ou monochrome.

Et bonne nouvelle,

une chose est bien plus importante que tout le reste pour réaliser une bonne aquarelle : la lumière…

Et au début inutile pour ça d’augmenter la charge mentale en ajoutant la problématique du mélange.

Vous pouvez très bien travailler de manière complète en utilisant une couleur ou deux.

Les brouillons

Le concept n’est pas très écolo, mais ce qui est mauvais pour les arbres est bon pour vous.

Plus que dans les autres disciplines picturales, à l’aquarelle la réussite est dans l’essai.

Et le choix de notre sujet s’y prête parfaitement.

Car moins vous êtes attaché au sens et à la fidélité par rapport au modèle, moins le fait de rater aura d’importance.

Comme on l’a vu précédemment, la diffusion des pigments permet des effets incroyables, impossibles à avoir avec les autres techniques.

Alors profitez-en, vous n’avez rien à perdre à vous lâcher et faire des tests dans tous les sens.

Voilà maintenant si vous êtes prêt à bosser voici un cours d’aquarelle gratuit…

Je vous propose de mettre en application concrètement tout ce que venons de voir dans une formation totalement gratuite.

Dans ces 2 vidéos : 1H20 de formation, je vous détaille tout sur les premiers gestes, l’utilisation de l’eau…

Nous réalisons ensemble un paysage de A à Z et je vous détaille chaque étape progressivement.

Sur ce, bonne aquarelle et à très vite.


Léo

Previous post

APPRENDRE À DESSINER : POURQUOI VOUS N'Y ARRIVEZ PAS (exercices et programme complet)

Next post

Le dessin en 3D : Techniques basiques pour tout construire dans l'espace (+6 exercices pratiques)

4 Comments

  1. AXELLE
    27 janvier 2022 at 12 12 49 01491

    Bonjour Léo,
    Comme toujours merci pour vos explications pédagogiques toujurs claires ,précises et bienveillantes.
    Je profite de ce retour pour vous féliciter des aquarelles ,inspirées des asiatiques postées sur la story d’Instagramme. . Je me permets de vous dire moi, votre élève quasi deb que vous avez fait beaucoup de progrès.
    Voilà.
    Je suis 2 formations aquarelle sur Domestika, budget oblige mais
    je pense que bientôt vous en proposerez une donc je mets des petits sous dans une enveloppe. LEO CREATION DESSIN

  2. 27 janvier 2022 at 22 10 02 01021

    Bonjour
    J’aimerai m’inscrire au cours d’aquarelle

  3. 31 janvier 2022 at 11 11 48 01481

    Bonjour Véronique,
    Il vous suffit de cliquer sur ” Accéder à la formation gratuite ” en bas de cette page 🙂

  4. 31 janvier 2022 at 11 11 49 01491

    Bonjour Axelle,
    Merci à vous pour votre retour.
    Effectivement une nouvelle série sur l’aquarelle arrive.
    A très vite !

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *