AQUARELLE

LE PAPIER AQUARELLE : LES SOLUTIONS POUR PEINDRE SANS SE RUINER

Depuis que je pratique l’aquarelle, j’ai pu expérimenter beaucoup de techniques sur de nombreux papiers. Le papier aquarelle est un élément important car il influence directement votre manière de peindre. Le problème, c’est qu’il reste dans certains cas très cher.

Il existe pas mal de références et différentes gammes, et il y a de quoi se perdre. Je vous propose dans cet article et cette vidéo, de faire un point sur ce sujet et surtout, quelques solutions pour éviter d’y laisser vos économies.

Zoom sur le papier aquarelle : ce qui existe et ce que j’ai choisi

Si vous souhaitez aller plus loin techniquement :

>>Voici le programme détaillé de “L’Aquarelle Libre”

Les différents types de papier pour apprendre l’aquarelle

Pour les exercices que vous allez effectuer, il existe trois types principaux de papier aquarelle :

  • Le grain torchon : hyper granuleux, qui permet de créer des effets avec des techniques sèches, notamment des traces qui donnent du dynamisme.-
  • Le grain satiné : extrêmement lisse, pour travailler en précision.
  • Le grain fin : Un bon compromis, car le grain est visible sans saturer la feuille et donne une certaine texture.

La différence entre peinture et colorisation

Si vous souhaitez simplement coloriser vos dessins sans travailler dans l’humide, un bloc multi-technique avec un grammage de 180 ou 200 grammes par mètre carré suffit amplement.

Mais pour explorer les différentes techniques et apprendre l’aquarelle dans de bonnes conditions, choisissez du papier d’au moins 300g par mètre carré.

Le papier adapté à l’étude :

Personnellement, j’utilise un bloc Canson Aquarelle XL de 300g par mètre carré. Un bon compromis que je vous recommande vivement. À 10 euros les 30 feuilles, il fait partie des moins chers du marché et représente un bon rapport qualité/prix.

Mais attention, si il est aussi peu cher, c’est qu’il ne fait pas tout !

Il existe deux matériaux différents utilisés dans la conception du papier aquarelle :

La cellulose : (moins chère), un assemblage de fibres qui ne permettent pas d’absorber et de diffuser le pigment de manière homogène. Il gondole beaucoup plus facilement dès que vous travaillez dans l’humide.

Le 100 % coton : beaucoup plus résistant, qui vous permettra de superposer des couches et de travailler plus facilement en humide sur humide. La question est de trouver un papier ayant à la fois une qualité d’absorption suffisante et un prix raisonnable, afin que vous puissiez vous exercer dans les meilleures conditions.

Le papier plus haut de gamme :

Si vous utilisez du 100 % coton (papier plus cher), vous obtiendrez des résultats au séchage de bien meilleure qualité.

Mais pour que cela en vaille la peine, je vous recommande de vous exercer en série sur du papier d’étude, et lorsque la confiance est là, de travailler ponctuellement sur une feuille de papier de bonne qualité.

Ensuite, quand vous aurez bien progressé (et si vous le désirez), vous pourrez essayer le papier Arches grain fin, qui est le summum en la matière, et que vous utiliserez pour créer des aquarelles plus abouties.

Dernière précision, le but de ce contenu, n’est en aucun cas de faire de la pub pour des marques de matériel beaux-arts.

Je souhaitais vous donner mon retour d’expérience sur ce qui reste un point important pour tous les apprentis aquarellistes.

Très bon aquarelle 😉

Léo.

Article Précédent

APPRENDRE L'AQUARELLE : COMMENT ÉVITER LES CATASTROPHES

Article Suivant

TECHNIQUE D'AQUARELLE : MIEUX PEINDRE VOS PAYSAGES

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *